• Home ·
  • Concerts ·
  • Gov’t Mule & Kenny Wayne Shepherd « Blues Alive !!! »
  • 17Juil

    Gov’t Mule & Kenny Wayne Shepherd « Blues Alive !!! »

    Gov’t Mule & Kenny Wayne Shepherd au Trianon

    Les planches du Trianon de Paris n’en finissent pas de brûler cet été 2012, en effet la sympathique salle parisienne non contente d’avoir reçu dernièrement Chris Cornell d’Audioslave et de Soundgarden, Ray Manzarek et Robby Kreiger les deux membres fondateurs de « The Doors » ; le Trianon nous a offert ce lundi 9 juillet  deux ambassadeurs de choix du blues et du rock sudiste: Kenny Wayne Shepherd, prodige du blues remarqué dès son plus jeune âge et Warren Haynes de Gov’t Mule l’un des meilleurs guitaristes au monde (selon le magazine Rolling Stone).

     

    Kenny Wayne Shepherd

    Kenny Wayne Shepherd sur la capitale l’évènement ne se manque pas tant ses apparitions dans l’hexagone se font rares et ce soir l’événement a bien faillit ne pas avoir lieu, Kenny était supposé ouvrir le bal pour une autre illustre figure du blues Robert Cray qui finalement à décalé sa tournée. Kenny ouvre donc la soirée armé de sa mythique « Stratocaster de 1961 » il est venu défendre son dernier opus « How I Go » mais laissera une belle part à ses précédents opus qu’il porte avec fougue tout au long de son set. Kenny fait également la part belle à ses musiciens, et le Kenny Wayne Sheperd Band fait figure de super-groupe jugez plutôt à la basse Tony Frankin (The Firm, Jimmy Page, Blue Murder, Quiet Riot, Whitesnake) à la batterie Chris Layton batteur de Stevie Ray Vaughan (rien que ça !) et sans oublier Noah Hunt au chant complice de Kenny que l’on ne présente plus. L’heure du set de Kenny passe trop vite, les plus gros  titres de ces albums s’enchainent les uns après les autres Never Lookin’ Back, Somehow, Somewhere, Someway… le public plutôt composé de mélomanes et autres connaisseurs est rapidement conquis et finalement piqué au vif,  par la reprise de Voodoo Child qui conclut avec brio la prestation de Kenny Wayne.

    Set List :
    Never Lookin’ Back
    Somehow, Somewhere, Someway
    Butterfly
    Yer Blues (The Beatles cover)
    Shame, Shame, Shame
    Blue On Black
    Voodoo Child (Jimi Hendrix cover)

    Lien vers les photos de Kenny Wayne Shepherd

    Gov’t Mule

    La salle du Trianon est chauffée à blanc et est prête à recevoir  Warren Haynes et Gov’t Mule, après une courte attente,  l’organisateur du concert fait son apparition accompagné de Philippe Manœuvre dont l’intervention fut dès plus remarquée et controversée (les publics de connaisseurs sont impartiaux !) c’est sous un tonnerre d’applaudissements que le groupe apparait sur  scène,   échange de regards et de sourires avec le public et la « Mule » est en marche ! Gov’t Mule c’est avant tout un groupe de potes, tous  excellents musiciens, leur marque de fabrique : « la jam, les morceaux et les concerts qui n’en finissent pas »  le set s’ouvre sur « Railroad Boy » qui s’étend presque sur une dizaine de minutes un groove énorme ! Warren donne la réplique à ses compères et ils la lui rendent tout aussi incisive, du « Live » du vrai Danny Louis (claviers/guitare) Jorgen Carlsson (basse) et Matt Abts à la batterie,  chaque morceau nous transporte un peu plus, nous invite à voyager un peu plus loin…. Gov’t Mule nous emmène aux limites dans le sud de l’Amérique, dans les clubs…. là où la musique prend aux tripes. Warren et son gang se font plaisir et nous font plaisir ! Encore une fois un moment qui passe trop vite, les seigneurs de la « jam » impériaux jusqu’au bout concluront les réjouissances sur plus de vingt minutes dans un bœuf improvisé qui touche au divin, partageant la scène une dernière fois sur les trois derniers titres avec Kenny Wayne Shepherd, Tony Braunagel (batterie), Chris Layton (batterie), Richard Cousins (basse).

    Ezekiel Lacroix

     

    Set List :
    Railroad Boy
    Rocking Horse
    Time to Confess
    Trane
    Eternity’s Breath (Mahavishnu Orchestra cover)
    St. Stephen Jam   (Grateful Dead cover)
    Captured
    Steppin’ Lightly
    Streamline Woman
    No Need To Suffer
    Need Your Love So Bad (Little Willie John cover)
    Blind Man In The Dark
    Mule
    Rappel:
    Feel Like Breaking Up Somebody’s Home (avec Kenny Wayne Shepherd et Tony Braunagel)

    That’s What Love Will Make You Do (avec Kenny Wayne Shepherd, Chris Layton, Richard Cousins et Tony Braunagel)
    Second rappel:

    32/20 Blues avec Kenny Wayne Shepherd

     

    Lien vers les photos de Kenny Wayne Shepherd

    Un grand merci à VeryShow productions

     

Comments are closed.