• 14Juin

    Retour sur le Download Festival

    Pour la deuxième année consécutive, le Download festival était de retour pour 3 jours de pur
    métal du 9 au 11 juin. Cette fois-ci, le célèbre festival d’origine anglaise a décidé de
    s’exporter à Brétigny-sur- orge, sur la base aérienne 217, afin de profiter d’un plus grand
    espace. Leslie d’Exact Music à fait le déplacement pour vous faire vivre deux journées (vendredi 9 et dimanche 11) de ce festival de folie.

                      

                       Plan du festival:

    Vendredi 9 juin – Jour 1
    Après plusieurs heures passées dans les bouchons, nous commençons directement le
    festival avec Dagoba, un des piliers du métal français actuel. Programmé à 17H25 sur la
    Warbird, Dagoba a immédiatement enchaîné les riffs brutaux et proposé un show digne de
    ce nom. Peu de temps après, nous courons pour rejoindre la Mainstage 2 où, Dinosaur Jr
    est sur le point de se produire Dinosaur Jr. propre à leur style, le groupe de rock
    indépendant est resté assez statique sur scène. Le public attentif a assez peu remué en
    somme.

    Parmi les têtes d’affiche annoncées pour cette année, Blink 182 était la plus attendue.
    Réformé récemment et fort d’un nouvel album, le trio californien nous a replongé dans notre
    adolescence l’espace d’un instant. Cependant, on ne peut s’empêcher de déplorer l’absence
    du chanteur charismatique Tom Delonge remplacé par Matt Skiba sur scène. Le public était
    au rendez-vous, cependant, on doit l’avouer, un peu moins nombreux que supposé au
    départ.

    Hatebreed est incontestablement un groupe désavantagé par la programmation :
    programmé durant le set de Blink 182, le groupe originaire du Connecticut a seulement pu
    montrer ses performances sur la Warbird Stage alors qu’il aurait dû largement profiter d’un
    Mainstage, contrairement à d’autres groupes. Malgré cela, le public était largement au
    rendez-vous. Comme à son habitude, Hatebreed a offert un set plein d’énergie et de
    brutalité.

    A 20H25, direction le Mainstage 2 et cette fois-ci, le public est réellement au rendez-vous.
    Gojira a, comme à son habitude, attiré les foules et offert un show digne de leur réputation.
    Le quatuor originaire des Landes était l’une des têtes affiches très attendues de ce festival.
    Présent sur la scène du Mainstage 2, le public a pu savourer des tubes emblématiques tels
    que Silvera ou encore l’Enfant sauvage.

    Cette première journée se termine avec Linkin Park. La formation, originaire de Californie,
    est actuellement en promotion de son nouvel album “One More Light”. Mise à part les tubes
    qui ont fait la renommée du groupe comme “One Step Closer” et “In The End”, les titres plus
    récents ont reçu un accueil assez mitigé du public, chose prévisible vu le nouveau virage
    pop emprunté par le groupe. Des groupes ont même hué la bande avant de déserter la base
    aérienne. Cette première journée se termine donc sur une note assez modérée.

     

    Dimanche 11 Juin – Jour 3
    On commence la journée sur la Warbird à 14H10 pour le show de Red Sun Rising. Groupe à
    l’ascension fulgurante, Red Sun Rising est l’une des révélations rock de ses deux dernières
    années. Pour son premier festival français, il était surprenant de voir un public large et fidèle qui connaissait les chansons, dont leur tube “Emotionless” qui a clôturé leur set en beauté.
    Juste après, rendez-vous à 15H30 sur la Mainstage 2 pour le concert de Suicide Silence
    mené par Eddie Hermida. Fidèle à leur réputation, le chanteur a transcendé la scène par
    son énergie communicative. Le public a incontestablement suivi le show sans en rater une
    miette tout comme le concert de leur aînée Suicidal Tendencies sur la Mainstage à 17h
    précise. Aucun répit sur scène en particulier pour le chanteur Mike Muir, qui nous donne une
    bonne dose d’hyperactivité du haut de ses 54 printemps.

    A 17H50, c’est au tour de Mastodon d’envahir la Mainstage 2. Tous ont les yeux rivés sur
    l’annulaire du guitariste Brent Hinds qui a récemment fait parler de lui pour avoir demandé
    en mariage sa petite amie à la fin d’un concert. Le groupe a proposé pas mal de passages
    instrumentaux, ce qui manqué un peu de chant à certaines reprises.

    Cette journée s’est clôturé en beauté sur le show du mythique groupe punk Green Day, qui
    n’a pas manqué de reprendre ses plus grands tubes tels que “American Idiot” ou “Boulevard
    of Broken Dreams”. Une fan aura même eu la chance de monter sur scène pour chanter en
    choeur avec Billie Joe Armstrong.

    Pour cette deuxième édition, le Download festival a su proposer une programmation variée
    entre métal et rock. On aurait tout de même préféré un public un peu plus présent pour
    soutenir les divers artistes, mais n’oublions pas le Hellfest festival qui se tiendra
    prochainement à Clisson.

     

     

     

    Retrouvez bientôt sur Exact Music, les interviews de Red Sun Rising et de Pierce The Veil.

     

     

    Leslie Anna Dion.

Leave a Reply