• Home ·
  • Découverte ·
  • At The Drive In : 17 ans après un nouvel album et un single à découvrir !
  • 24Fév

    At The Drive In : 17 ans après un nouvel album et un single à découvrir !

    At The Drive In

    Le groupe vient d’annoncer son premier album depuis 17 ans, tout en révélant l’un de ses nouveaux titres.

     

    Le groupe de post-hardcore US, qui splitta en 2001 avant de se reformer pour la scène en 2012, publiera ‘in·ter a·li·a’ (l’expression latine pour “entre autres choses”) le 5 mai prochain, via Rise Records. Ce disque fait suite au classique ‘Relationship of Command’ paru en 2000, et sera leur quatrième album, produit par Omar Rodriguez-Lopez avec Rich Costey (Muse, Biffy Clyro, Frank Turner), et enregistré à la Sound Factory d’Hollywood, studio légendaire où Ringo Starr, Brian Wilson ou encore les Red Hot Chili Peppers ont enregistré avant eux.

    Un nouveau titre, ‘Incurably Innocent’, a fait son apparition : il fait suite au ‘Governed By Contagions’ publié en décembre dernier, lui aussi présent sur l’album.
    Il n’aura fallu que 15 ans à At The Drive In, groupe d’El Paso (Texas), pour retourner en studio et enregistrer In • ter a • li • a, faisant suite à l’album référence de 2000, Relationship of Command.
    Le quintet formé par Cedric Bixler (chant), Omar Rodriguez-Lopez (guitare), Paul Hinojos (basse), Tony Hajjar (batterie), and Keeley Davis (guitare), est de retour, retrouvant le même son et la même fureur qui ont marqué ce siècle. Le groupe associe aujourd’hui des bribes de punk, d’alternatif, de post-hardcore et de rock à un chaos contrôlé caractéristique de leur musique, avec une plus grande maîtrise et la sagesse de l’expérience en prime.
    « Nous avons toujours l’impression que c’est le premier jour quand nous nous rassemblons. », raconte Tony. « Nous retrouvons cette inquiétude, cette excitation et cette joie des débuts. Nous avons intégré tout ce que les années nous ont appris, mais n’avons pas oublié que nous sommes At The Drive In. On nous a souvent comparé à un gang, c’est comme ça que nous l’avons vécu, et c’est toujours vrai aujourd’hui. Nous avons toujours ce sentiment d’être unis contre le reste du monde.
    Quand on y réfléchit, nous avons commencé dans un garage et dans tous les sous-sols possibles, puis nous avons pris du grade et voilà où nous en sommes. Dans nos têtes, le groupe n’a pas changé. »
    « Nous voulions retrouver notre état originel, » poursuit Cedric. « Nous devons soigner ce dernier album, avancer, défendre le cœur de ce que nous sommes, et ignorer ce que nous avons appris avec nos projets annexes. Ça a été une grande leçon de communication. Nous voulions faire honneur à nos fans et à cet état d’esprit qui nous anime quand on est jeune. »
    At_The_Drive-In
    Les origines d’At The Drive In remontent à 1993, dans le garage d’Omar où les garçons ont répété en boucle. Passant de concerts improvisés et illégaux à El Paso (Texas) aux clubs locaux, ils ont rassemblé peu à peu un grand nombre de fans fidèles. Le premier album, Acrobatic Tenement, sort en 1996, puis vient In/Casino/Out en 1998 et Vaya en 1999. Sa réputation grandit et le groupe accompagne Rage Against the Machine en première partie de leur tournée. C’est au bout de sept ans, en 2000, que le groupe connaît son succès d’aujourd’hui, avec Relationship of Command, un des albums les plus explosifs du siècle. Il figure dans la liste de Spin des « 300 Meilleurs Albums des 30 Dernières Années (1985-2014) », de Kerrang ! pour l’un des « 50 Meilleurs Albums du 21è Siècle », de Rock Sound des « 101 Classiques Modernes », d’Uncut Magazine et ses « 150 Meilleurs Albums de la Décennie », de MTV2 pour les « Meilleurs Albums », de Guitar World et ses « 100 Meilleurs Albums de Guitare de Tous les Temps », et bien d’autres encore. Des succès comme « One Armed Scissors » et « Invalid Litter Dept. » ont propulsé Relationship of Command et At The Drive In dans le top 200 de Billboard, tandis que leurs concerts séduisaient un public toujours plus important. Cet élan s’arrête net avec l’annonce d’une pause dans leur carrière en 2001, le groupe reste passif pendant plus de dix ans. Ils font ensuite leur grand retour en tête d’affiche du Coachella et du Lollapalooza en 2012, mais il faudra attendre encore trois ans de conversations pour les revoir en studio.
    « En 2014, nous nous sommes retrouvés, nous avons passé notre temps ensemble à créer de nouveaux morceaux» se rappelle Tony. « Nous avons beaucoup évolué entre temps, il nous fallait retrouver nos racines. En octobre 2015, nous avons
    décidé qu’il fallait absolument qu’on sorte un nouveau disque. »
    « Nous étions déterminés » ajoute Cedric. « C’était un vrai défi, mais rien ne résiste à la volonté de cinq types et des amplis à fond. »
    2016 a vu se réaliser la première tournée du groupe depuis 2001. Leurs voyages les ont menés en Amérique du Nord pour des concerts à guichet fermés, jusqu’à des dates explosives un peu partout dans le monde, comme au Roskilde danois, au Splendour in the Grass en Australie, ou au Summer Sonic japonais. C’est à Séoul, en Corée du Sud, qu’ils retrouvent leur rythme et écrivent de nouveaux titres en studio.
    « Le studio faisait aussi office de maison pour le propriétaire, » explique Cedric. « Nous ne pouvions rester que de 10 h à 19h, ça nous a obligé à revenir à notre façon initiale de répéter : c’était comme en 1996 dans le garage d’Omar où on se retrouvait le matin pour jouer un maximum de temps. Ça nous a stimulé.»
    Motivé par la créativité en Corée du Sud, le groupe rentre aux États-Unis, prend de courtes vacances, puis commence officiellement la préproduction avant d’entrer au studio Sound Factory à Hollywood en novembre 2016. Produit par Omar et Rich Costey (Muse, Sigur Rós, Santigold), IN·TER A·LI·A. marque la première fois qu’un membre du groupe dirige la production d’un album d’At The Drive In, pendant que Tony supervise soigneusement le mixage et le mastering. L’enregistrement se fait en un mois.
    « Je n’ai jamais sorti un disque produit par un membre du groupe, » raconte Tony. « Nous nous faisons tellement confiance, nous savons dans quoi nous sommes bons, et nous nous fions à Omar. Il est resté concentré sur l’objectif final. C’est exactement ce que nous voulions. »
    Et c’est aussi ce qu’espérait le public. En décembre 2016, le groupe sort « Governed By Contagion », le premier single. Sa réalisation inégalable, son style abrasif, et son intensité charment les fans et les critiques, déchainant les louanges du New York Times, de NPR, Vulture, Spin, et de Rolling Stone. Plus loin sur l’album, « Incurably Innocent » mélange effets électroniques et riffs acérés. « Cette chanson parle des abus sexuels et de parvenir enfin à témoigner, » reprend Cedric. Le tonitruant « No Wolf Like The Present » ouvre l’album qui virevolte pendant 41 minutes dans un tourbillon exutoire de pure poésie punk avant de s’achever sur l’intensité cinématographique de « Hostage Stamps ». « Pour moi, c’est comme traverser un couloir dans un ghetto déchiré par la guerre et reconnaître tous les signes d’un destin affreux, » poursuit le chanteur. « Il faut rester à l’écoute afin d’entendre l’énergie de la jeunesse. » Venant du latin « Entre autres choses », le titre de l’album est on ne peut plus à-propos. « C’est un aperçu de notre vie actuelle et de la direction inévitable que nous prenons, » explique Cedric. « Ça me fait penser à la dernière scène du film « Chinatown », où quelqu’un dit à Jack Nicholson : « C’est Chinatown » pour expliquer à quel point les choses sont tordues et on ne peut rien y faire. Il n’y a pas de cause ou de raison particulière. Le titre de l’album est une façon d’interpeler celui qui l’a en main et de lui dire « Qu’est-ce que tu comptes faire ?On devrait peut-être arrêter de regarder sans cesse en arrière ou ce qui ne va pas, et se concentrer davantage sur la jeune génération. Le vrai problème aujourd’hui est planqué sous des couches de bureaucratie et de paperasse, mais on n’est pas obligé de l’accepter. » Heureusement, 16 ans plus tard, At The Drive In est de retour et accomplit ce qu’il fait de mieux : réécrire toutes les règles. « Après tout ce temps, At The Drive In signifie toujours fraternité, cet esprit d’équipe, et plus que jamais : famille, » conclut Tony. « Parce que nous avons nos propres familles, nous sommes plus vieux et plus sages, et nous nous comprenons bien mieux. Cedric m’a écrit récemment : On a gravi une putain de montagne. Ça a vraiment résonné en moi. J’ai juste répondu tout en majuscules : UNE PUTAIN DE MONTAGNE. Il nous a fallu un paquet de larmes, d’anecdotes, d’affection, et de labeur pour sortir ce disque. Nous y sommes arrivés uniquement parce que nous respectons le talent de chacun. Nous sommes de retour. »
    Composition du line-up 2016 de « At The Drive In » :
    Cedric Brixler (Chant)
    Omar Rodriguez (Guitare /Chant)
    Paul Hinojos (Basse)
    Tony Hajjar (Batterie)
    Keely Davis (Guitare)
     In • ter a • li • a Tracklist : 
    1. ‘No Wolf Like The Present’
    2. ‘Continuum’
    3. ‘Tilting At The Univendor’
    4. ‘Governed By Contagions’
    5. ‘Pendulum In A Peasant Dress’
    6. ‘Incurably Innocent’
    7. ‘Call Broken Arrow’
    8. ‘Holtzclaw’
    9.‘Torrentially Cutshaw’
    10. ‘Ghost-tape No.9′
    11. ‘Hostage Stamps’

Discussion One Response

  1. 3 août 2017 à 1 h 57 min

    Hi admin, i must say you have hi quality posts here. Your blog should go viral.

    You need initial traffic only. How to get it? Search for:
    Mertiso’s tips go viral

Leave a Reply