• 09Juil

    Paul Gilbert : I Can Destroy

    Paulo  sort son nouvel album « I CAN DESTROY »  et sera en tournée dès l’automne 2016 ! L’occasion nous est donné de revenir sur ce musicien bien singulier.

    paul_gilbert21_1

    Paul Brandon Gilbert allias « Paul Gilbert » guitariste américain principalement connu pour son travail avec les groupes Racer X entre 1986 et 2002 et Mr. Big entre 1989 et 2014. Suite à son départ de Mr. Big en 1996, il poursuit une carrière en solo qui représente une quinzaine d’albums entre 1998 et 2015. Tout au long de ces années, Paul multiplie également les projets avec d’autres musiciens que ce soit en tant qu’invité sur leurs albums ou dans des groupes éphémères tels que Yellow Matter Custard, Hammer of Gods ou Cygnus and the Sea Monsters groupes de reprises respectivement des Beatles, Led Zeppelin et Rush avec entre autres Mike Portnoy (Dream Theather) Daniel Gildenlöw (Pain of Salvation) ou encore Dave LaRue  et Neal Morse. Le sieur Gilbert est également un fin pédagogue, en effet Paul a enseigné et intervient encore au Guitar Institute of Technology (Los Angeles), il écrit des articles sur la pratique de l’instrument dans Guitar World, a sorti plusieurs vidéos pédagogiques et il est régulièrement invité dans les magazines spécialisés du monde entier.

    paul-gilbert-publicity_0_1

    Paul Gilbert sera en, concert le 27 Octobre à la Flèche d’or de Paris  pour défendre  « I Can Destroy »  son dernier album, et nous régaler de ses meilleurs titres !

    I Can Destroy: l’album !

    L’album « I Can Destroy » est sorti en mai dernier, et il y a un peu plus de six moi déjà au Japon (oui, le pays du soleil levant est un peut plus choyé que nous, faut dire qu’ils sont plus amateurs de guitare et que Paul est là bas une super star).

    image-jpeg-750-x-750-pixels-redimensionnee-92

    Ce qu’il y a de bien dans chaque album de Paul Gilbert c’est que l’ont sait à quoi s’attendre, pas que cela veuille dire « sans surprises » au contraire; nous parlons ici d’ingrédients ! Pour un bon album solo de Paul il faut, des riffs mortels, des solos de dingue (marque de fabrique de l’ami Paulo) et bien sur la folie de Paul qui nous emmène dans des sphères musicales variées passant par le rock, le hard rock, le néoclassique (parfois) ou encore des riffs bluesy/jazzy. Et une fois encore pari réussi que cet ultime opus ! « I Can Destroy » s’ouvre sur « Everybody Use Your Goddamn Turn Signal » (vidéo en lien dans cet article) un titre au riff rentre dedans lourd et un poil funky, des choeurs prenant des soli de bon gout et le sample du clignotant en sus ! Une bonne entrée en matière, s’ensuit « I Can Destroy » indéniablement le meilleur titre de l’album un coté prog/néoclassique dans l’intro et un refrain à tomber indéniablement….. une fois encore Paul nous fait voyager dans son univers, un univers varié et toujours de bon gout (ce qui n’est pas souvent le cas dans les albums solos de guitaristes). « One Woman Too Many » nous propulse dans les 70′ (avec les coups de perceuses hommage à une époque MisterBigiène pas si lointaine que ça ?)  « Blues Just Saving My Life » très représentative du décors blues de l’album. C’est doux, c’est lent, entrainant tout y est. En conclusion,  I Can Destroy est une valeur sûre, un disque sans temps morts, indispensable pour les fans de Paul et  un excellent disque pour les amateurs de guitare rock n’roll qui n’aime pas quand ça verse dans le cliché.

    découvrez ici la vidéo de : « Everybody Use Your Goddamn Turn Signal »

    découvrez ici le titre « I Can destroy »:

     

    Track List de l’album:

    01. Everybody Use Your Goddamn Turn Signal
    02. I Can Destroy
    03. Knocking On A Locked Door
    04. One Woman Too Many
    05. Woman Stop
    06. Gonna Make You Love Me
    07. I Am Not The One (Who Wants To Be With You)
    08. Blues Just Saving My Life
    09. Make It (If We Try)
    10. Love We Had
    11. I Will Be Remembered
    12. Adventure And Trouble
    13. Great White Buffalo (Bonus Track)

     

Leave a Reply