• 04Juil

    Toto interview exclusive !

    L’interview de Toto par Exact Music

    Le 19 juin 2013 Toto était en concert à Lille, nous avons eu la chance d’y rencontrer Steve Lukather et David Paich pour une interview exclusive juste avent leur show commémorant les 35 ans du groupe.

    Les dix minutes d’interview se sont très bien passées, mais pour des raisons obscures, la vidéo ne peut être publiée. Voici le rapport écrit de cette magnifique rencontre.

    EM : Alors Steve et Dave, l’idée de faire une tournée pour cet album en particulier, ça vous est venu comment?
    Steve Lukather : On y pensait pas avant de faire l’album, l’anniversaire nous est un peu tombé dessus par surprise. On a préféré vivre nos vies, c’est différent que de se focaliser sur un chiffre et on se rend compte combien le temps est passé vite. C’est merveilleux et effrayant en même temps. Le fait que nous soyons toujours là et que le public vienne avec des jeunes montre bien que la musique va au delà des modes, du temps, des décennies, c’est génial ! Je suis très honoré de pouvoir dire que nous faisons toujours partie du jeu, on a fait des premières pages de magazines mais pas des journaux à scandales et on est même pas dans le top chart. Les gens nous supportent mais très gentillement.
    EM : Comment vivez vous le fait de jouer dans ce groupe légendaire avec de vieux amis ?
    David Paich : C’est merveilleux, c’est comme si on utilisait une machine à remonter dans le temps, comme si on avait jamais quitté l’époque du lycée. C’est être soi-même, jouer de la manière dont nous le voulons. C’est la meilleure manière de prendre du bon temps sur scène. J’ai tellement de respect pour nos musiciens. C’est vraiment un plaisir et un amusement, ça vous tient vraiment en haleine.
    EM : Vous voulez dire que vous vous sentez comme si vous aviez de nouveau 20 ans ?
    Steve Lukather : Je ne pense pas qu’on ait vraiment grandi, on a réussi à faire de nos rêves de lycéens une réalité ce qui est rare ! C’est pourquoi nous agissons encore comme des gamins quelques fois, par notre sens de l’humour, la manière avec laquelle on évite de dire des choses. On a une vie géniale ! Il faut que l’on gagne nos vie avec ces passions, on a pas besoin d’avoir de boulot mais on doit prendre soin de nos familles et aider celle de Mike Pocaro, c’est terrible. Vous voyez, il y a des bons et des mauvais côtés, on prend soin de nos frères et il y a des esprits qui restent avec nous. On essaie de continuer de faire notre musique.
    David Paich : On a cette chance unique de vivre dans ce milieu, avec cette famille magique que représentent nos fans, qui chaque année vieillissent avec nous, en nous suivant comme ces 35 dernières années. Et on ne se rend pas compte que ça fait déjà 35 ans. Des gens ont dû nous le dire « c’est vos 35 ans de carrière ! », on ne réalise pas, on ne s’est pas dit « restons ensemble encore 35 ans ». Mais se rendre compte que des gens qui venaient quand ils étaient petits, quand ils étaient enfants, ont grandi et viennent maintenant avec leurs propres enfants, c’est bien plus que juste composer des chansons et les jouer sur scène, c’est plus une entente entre eux et nous en tant qu’être humain de cette planète. La musique a vraiment ce pouvoir magique de rassembler des gens pour qu’ils s’amusent, écoutent et partagent des émotions.
    Steve Lukather : Réaliser qu’on a atteint les 35 ans de carrière avec ce groupe nous rattache aux termes de « classiques du rock », pourtant quand nous étions plus jeunes, il n’y avait pas de classiques du rock à proprement parler. C’était le vrai moment, les choses arrivaient comme des nouveautés. Des choses novatrices et transcendantes comme nous étudions tous la musique ou la suivions en tout cas. Nous étions juste des enfants qui voulions faire part de cette société et on nous sert maintenant des groupes « classiques du rock ». Peut importe le titre que l’on utilise, on est pas attaché à cela. Ne sommes nous pas la mauvaise pierre des Beatles d’ailleurs ? Ça fait pas mal de temps qu’on tourne, c’est pour cela que les gens savent nous attendre.
    EM : Steve vous étiez en train de parler des raisons qui vous ont poussé à faire cette tournée, la plus importante étant Mike Porcaro…
    Steve Lukather : c’est chose normale et une idée maîtresse pour nous de toujours s’éclater en faisant une tournée. Dave qu’est-ce que tu voudrais dire par rapport à cela ?
    David Paich : Vous savez quand nous avons commencé au départ de Los Angeles, on devait juste essayer des faire quelques concerts en ville pour obtenir un peu d’argent pour Mike, on devait faire 9 ou 10 concerts. Et on nous a fait une offre, en réalité même quelques une pour reprendre la route. On voulait seulement le faire une fois ! L’idée c’était de le faire une fois, un été seulement et revenir.  Mais une fois que nous sommes revenus, on a réalisé qu’on était précieux pour nos fans, qu’on leur avait manqué. Donc on voulait revenir et les remercier d’être si loyaux toutes ces années. C’est alors qu’on a décidé d’en faire un événement annuel et nous produire devant nos publics favoris, dont la France fait partie après toutes ces aventures européennes que nous avons eu depuis le début. Nous jouons nos morceaux qui ont le plus marché, ceux dont nous sommes les plus fiers pour aider Mike, remercier nos fans et avoir l’occasion de refaire un peu de musique ensemble puisque on aime ça.
    Steve Lukather : Je pense que ça encourage particulièrement le groupe, Steve Porcaro, David et moi comme on était souvent ensemble avec les frères Porcaro, et Joseph était aussi un camarade de classe ce que peu de gens savent. J’étais dans un autre groupe avec lui et son frère à l’époque du lycée. Donc il n’a pas participé à nos grands succès etc mais on est resté amis. On a pensé que ce serait une bonne idée pour Mike de rejouer avec Steve Porcaro et Joseph. Pour moi c’est une joie sur scène de me retourner et voir ces gens que je connais depuis 40ans autour de nous et pour une bonne cause. On se sent bien de nouveau, c’est naturel, on s’amuse, il n’y a aucun stress juste donner le meilleur de notre jeu c’est pour cela qu’on est très enthousiastes, vous savez, les moments de gloires de notre jeunesse sont derrière nous maintenant.
    EM : Pouvez-vous nous dire comment se porte Mike ? Va-t-il mieux ?
    Steve Lukather : Je ne pense pas qu’il pourra aller mieux avec la maladie qu’il a. Les prières et les messages des gens sur Facebook, la façon dont ils prennent contact avec nous comptent beaucoup pour nous et sa famille que nous voyons très souvent.
    David Paich : Oui et Mike garde toujours cet humour particulier, il participe encore , nous envoie des emails…
    Steve Lukather : Il a un album qui s’appelle « Brotherly love » et nous le vendons lors de nos concerts. C’est la dernière chose qu’il ai faite donc une bonne partie des bénéfices lui reviennent à lui et à sa cause. Nous voulons que ça musique reste vivante donc on vous invite à écouter cet album !
    David Paich : On a passé un bon nombre d’heures à participer à Several Thousand Slight depuis ces 35 dernières années, ???? c’est un projet en hommage à Jeff auquel Mike a contribué donc si vous en avez l’occasion, jetez un œil à son livre de tournée et vous pourrez y trouver des premier jets très intéressants.
    EM : Nous le partagerons sur notre site internet ! Steve, j’ai vu que vous répondiez personnellement à vos fans sur Facebook !
    Steve Lukather : Oui c’est bien moi qui leur répond ! C’est vraiment moi, vous savez la plupart du temps je ne regarde pas la télévision quand je suis sur la route donc je communique beaucoup sur Twitter et Facebook. Les gens envoyaient des courriers avant et le concept de garder des piles de lettres nous dépasse rapidement donc, c’est sympa et un moyen bon de garder des messages. Je m’en détache de temps en temps car cela finirait par me rendre bizarre, c’est un peu à double tranchant aussi. Mais après avoir atteint un nombre de personnes qui me suivent dépassant les six zeros, j’ai décidé de revenir et répondre aux questions tant qu’elles ne me gênes pas. Jusqu’à maintenant elle sont sympathiques et positives. C’est ma manière de répondre à toutes ces questions que les gens se posent. Il y a aussi énormément de remerciements, j’ai lu beaucoup de « merci d’être venu », « merci pour votre soutient ». Je pense que j’apprécie cela d’ailleurs plus que je ne le faisais avant. Vous savez cette contribution, le fait de vouloir que chaque soir de concert soit vraiment bon, on donne tout ce qu’on a. Donc ça compte beaucoup oui merci à tous ces gens d’envoyer ces emails ou de vous filmer.
    photo-toto.35
    (Lien vers l’album photo)
    Antoine Lacroix
    Remerciements :
    Sabrina Cohenaiello (Veryshow production)
    Morgane Leveaux (Traduction)

Discussion 3 Responses

  1. 21 juillet 2013 à 16 h 26 min

    …euh… Au début de l’article vous parlez d’un album… ??? Quel album ? Il n’y a pas d’album rattaché à cette tournée des 35 ans… Si ?

    • 27 novembre 2013 à 19 h 22 min

      Anniversaire TOTO IV,

      • 27 novembre 2013 à 19 h 24 min

        David Paich à annoncé qu’il travaillé sur un projet d’album avec TOTO

Leave a Reply