• 15Août

    VOYAGE AU SONISPHERE

    Journal de bord du Sonisphère 2012.

    Malmenée par les intempéries mosellanes, l’édition du Sonisphère 2012 nous aura tout de même offert un très beau road trip au pays du Métal. Comme première étape, direction le Kentucky pour retrouver Black Stone Cherry et leur rock pur et dur aux influences sudistes. Puis à des milliers de kilomètres de là, I Killed The Prom Queen nous a fait partager son Deathcore au pays des kangourous.De retour aux Etats-Unis, les Californiens de Machine Head nous ont ensuite accueillis avec leur métal à la fois thrash et groove.

     

    Etant dans l’hémisphère Nord, nous avons fait un petit aller-retour jusqu’en Norvège pour retrouver l’électro-indus de Combichrist. Une halte chez Marilyn Manson s’avérait obligatoire. L’interprétation scénique de son métal industriel, alternatif mais aussi glam, nous a bien rappelé sa fibre artistique de plasticien. Avec des micros ayant successivement la forme d’un poing américain, d’un couteau et d’un tonfa, un casque allemand de la seconde guerre mondiale, orné d’un décor de boule à facettes, a pu aisément trouver sa place. Par la suite, la nostalgie des pays nordiques nous a poussé à rejoindre la Suède, non pas pour admirer la célèbre beauté de ses habitantes, mais bien pour savourer la prestation de Meshuggah, et de son Mathcore.

                                                                                  

    Puis retour en Californie, Faith No More, reformé depuis février 2009, nous attendait pour libérer son métal aux sonorités funk, hardcore, soul et jazz. Après cette première journée riche en émotions, une petite nuit de sommeil fut bien méritée.

    Le lendemain, quoi de mieux que le hard rock énergisant de Porn Queen pour nous réveiller et nous lancer dans la dernière ligne droite de notre road trip musical? Surtout lorsque qu’on rencontre les Anglais de The Darkness. On constate alors qu’on peut ajouter AC/DC à QUEEN pour obtenir un mélange musical explosif !

     

     

    Puis dans un tout autre registre, direction l’Amérique du Sud et plus précisément le Brésil avec Soulfly et son métal tribal. Comme l’hémisphère Sud est agréable, et si on repartait en Australie ? La réponse est oui, surtout quand Wolfmother vous attend de pied ferme avec son hard rock qui tend aussi bien vers du rock psychédélique que du heavy metal.

                                                                                       

    Pour finir, c’est la voix féminine de Lacuna Coil qui referma notre voyage en nous enivrant d’un métal atmosphérique et gothique. Absents sur notre route, les membres d’Evanescence et de Lostprophets qui ne pourront malheureusement pas être inscrits parmi les autres sur les pages de notre journal de bord.

    Julien Baraban

Comments are closed.